Actus

LES BLEUS TOMBENT DE HAUT

Ils rêvaient d'un premier titre mondial à la maison, et tout le squash français avec eux. Les Bleus sont tombés de haut vendredi soir, s'inclinant en quart de finale contre une remarquable équipe de Hong Kong, malgré les encouragements d'un public Marseillais survolté. C'est la première fois depuis 2001 qu'ils sont absents du dernier carré. Retour sur une soirée cauchemardesque.

Article de Jérôme Elhaïk

Photos Philippe Rochais

Et pourtant, tout avait bien commencé. Grégory Gaultier avait mis son équipe sur les bons rails en dominant Max Lee, 3 jeux à 0. Très agressif en début de match, le « French General » empoche assez rapidement les deux premiers jeux, mais les débats s'équilibrent dans le troisième. Le numéro 1 français parvient tout de même à conclure (11-9) … jusqu'à ce que l'arbitre annonce qu'une erreur de comptage s'est produite. Après quelques minutes de discussion, la partie reprend à 10-9. Gaultier se retrouve à défendre une balle de jeu (10-11), avant de remporter les trois points suivants, et le match (11-6, 11-5, 13-11 en 43 minutes).

Gaultier Lee

Malgré un fin de match rocambolesque, Grégory Gaultier avait donné l'avantage à son équipe en battant Max Lee

1-0 France, Mathieu Castagnet a donc l'occasion d'apporter le point décisif à son équipe. C'est pourtant son adversaire Tsz Fung Yip qui domine le début de partie. « Lâche le bras, » demande Renan Lavigne à son joueur, qui rentre enfin dans le match, mais trop tard pour éviter la perte du premier jeu (11-7). Désormais libéré, le Français égalise (11-7), dans un match où les deux joueurs se rendent coup pour coup. C'est le Hong Kongais qui fait la course en tête dans le troisième jeu (9-6), mais rattrapé par la tension, il concède plusieurs strokes, et poussé par un public en fusion, Castagnet en profite pour prendre les commandes, 2 jeux à 1 (11-9). Tout le monde pense qu'il a pris l'ascendant psychologique, mais l'inverse se produit : Yip domine le quatrième de bout en bout (11-2), et continue sur sa lancée dans la manche décisive. Même s'il se bat jusqu'au bout, le Français n'a plus de solutions et doit rendre les armes (11-7, 7-11, 9-11, 1-2, 11-4 en 67 minutes).

Castagnet Yip

Mathieu Castagnet est tombé contre un étonnant Tsz Fung Yip hier soir

La tension est à son comble quand Grégoire Marche et Leo Au rentrent sur le court, avec pour mission d'envoyer leur équipe en demi-finale. C'est le Français qui la ressent davantage, perdant rapidement le premier jeu (11-6). Ça ne s'arrange pas en début de deuxième (0-3), mais il suffit d'un point marqué pour déclencher quelque chose : porté par le public, Marche remporte six points consécutifs, puis le jeu (11-7). Les échanges sont de plus en disputés, mais le Français commet quelques fautes en début de troisième jeu, et Au creuse un petit écart qu'il conservera jusqu'au bout (11-8). On ne le sait pas encore, mais Marche ne s'en relèvera pas. Le quatrième jeu est un calvaire pour lui, alors que Au empile les points jusqu'à mener 7-1. Devant un public médusé, l'impensable se produit, le Hong Kongais s'envole vers la victoire (11-6, 7-11, 11-8, 11-2 en 57 minutes), envoyant pour la première fois de son histoire son pays en demi-finale, où ils affronteront demain l'épouvantail Égyptien. De leur côté, les Bleus sont éjectés du dernier carré qu'ils fréquentaient depuis 2001. Il va maintenant falloir soigner rapidement les têtes, et se remobiliser pour aller chercher la cinquième place, dès demain matin contre l’Écosse. Tout un programme...

Réaction de Chris Robertson, entraîneur de l'équipe de Hong Kong

Hong Kong

Quelques mois après son arrivée, Chris Robertson (à gauche) a conduit l'équipe de Hong Kong en demi-finale du championnat du monde  

"Je pense que pour nous il s'est passé quelque chose dans le troisième jeu du premier match. Max Lee était outrageusement dominé par Gaultier, mais au lieu de baisser la tête il a continué à se battre, et je crois que ça a inspiré ses coéquipiers. Concernant Tsz Fung Yip, même s'il était mené 2-1 par Castagnet, il faisait un bon match. Je lui ai dit de continuer à faire travailler son adversaire. La clé du match était sa capacité à prendre les bonnes décisions au bon moment, et il devait se faire confiance. Il a dû faire preuve de patience, ce qui est inhabituel pour lui. Leo Au a ensuite fait un match dans la lignée de ses derniers résultats, il a remporté deux tournois 25 000 $ et surtout battu Ramy Ashour à Hong Kong. Le public était vraiment super ce soir. Il a bien sûr encouragé ses joueurs, mais toujours avec fair-play. Il y avait beaucoup de tension, mais je crois que nous avons réussi à faire en sorte que la pression soit sur eux. C'est le scénario inverse de notre huitième de finale, où nous étions favoris contre les États-Unis.

Je suis évidemment ravi, mais pour être honnête même si on avait perdu, j'aurais été fier de mon équipe. Quoiqu'il arrive jusqu'à la fin du tournoi, ce groupe aura marqué l'histoire de son pays avec cette première médaille mondiale. C'est très important, car les souvenirs, c'est tout ce qu'il vous reste à la fin de votre carrière..."


← Retour

N'attendez plus,
achetez en ligne vos places !

J'achète !

Participez au championnat du monde en tant que bénévole

Participez !